Tropiques

Tropiques - Alain Rebord

Abritée sous un ravissant chapeau de paille orné de deux jolies fleurs tropicales, elle offre sa nudité d’une blancheur marmoréenne aux derniers rayons du soleil.
L’endroit ressemble à une certaine idée du bonheur. Au-delà de la piscine à débordement une vaste palmeraie s’étend jusqu’à l’océan. Des trois clochetons enfouis dans cette nature échevelée, les longues mélopées du muezzin se mêlent aux chants d’oiseaux invisibles.
Au loin, quelques îles parsèment la paisible surface des eaux jusqu’à l’horizon.
Après avoir pris connaissance de sa messagerie, elle se met à y répondre longuement.
Elle a toujours semblé y prendre plaisir. Le temps passe alors sans qu’elle éprouve le moindre désir de consulter son bracelet-montre qu’elle ne quitte jamais, sauf quand l’envie la prend de rendre hommage à son amant.
Avant la nuit, elle décide de nager quelques longueurs pour mieux apprécier le nectar rosé qui l’attend au frais. Après une longue douche elle se dirige vers le salon, laissant derrière elle l’empreinte de ses jolis pieds sur le carrelage terre de Sienne de la terrasse.
Vraiment, se dit-elle, cette maison est extraordinaire. Elle ne put s’empêcher de la comparer à celle du”ghost writer” de Polanski!
Après avoir suivi la ronde des geckos, faiblement éclairée par les lumières subaquatiques de la piscine, elle décida de se réfugier sous le dais de la moustiquaire.

Ce ne fut d’abord qu’un léger frémissement qui vint troubler la surface de l’eau.
Le vent commença à souffler de plus en plus fort en faisant trembler les hibiscus. De la palmeraie, un grondement preceda la venue d’un orage tropical que la moiteur de l’après-midi avait annoncé.
Le frêle accrochage des serviettes de bain ne résista pas bien longtemps, pas plus que les revues qu’elle avait oubliées sous le transat. Le vent arracha des centaines de fleurs de frangipanier qui formairent un tapis de lumière à la surface de l’eau. Le paysage devint alors de plus en plus musclé, bandant tous ses éléments dans de sinistres sifflements. Le voilage qui cernait le lit se gonfla sous l’effet du vent et se mit à ressembler aux voiles d’un bateau en détresse. Allait-elle parvenir à se hisser à bord et rejoindre cet improbable capitaine qui errait autour du globe depuis des lustres ? La brutale chute d’une chaise la tira de sa torpeur. Elle se retourna dans sa direction, lui prit la main et porta son regard vers la seule photo qui ornait les murs de la maison, celle d’une enfant, les mains jointes, saluant à la manière asiatique les premières lueurs du matin.
Il ouvrit les yeux et la trouva très belle.

Buleleng 2019